BlogToute l'actualité du coworking

Start-up et crowdfunding, la bonne alchimie

Le financement participatif ou crowdfunding, stricto sensu, décrit un mode de financement qui fait appel à un très grand nombre d’investisseurs. Ce mode de financement, très ancien, a été réinventé par les internautes. Dans l’acceptation actuelle du terme, on peut le définir comme un ensemble d‘outils et de méthodes de transactions financières entre les individus avec peu ou pas d’intermédiation par les acteurs traditionnels de la finance.

Comment fonctionne le financement participatif ?

financement participatifAujourd’hui, ce système permet à un porteur de projet d’être mis en relation avec une communauté d’internautes souhaitant le soutenir financièrement. Ces derniers pourront lui donner de l’argent, lui en prêter ou  encore en investir dans son entreprise ou son projet d’entreprise.

C’est un système de financement encore peu connu mais qui, à terme, entrera dans le financing mix de nombreuses PME (jusqu’à un tiers des entreprises française d’ici cinq ans selon Bpifrance).

Le crowdfunding, une alternative de financement pour les start-up

Parmi les catégories d’entreprises les plus performantes dans cet exercice, les startups sont à l’honneur. Tout d’abord dans l’investissement participatif (ou crowdequity). C’est très prévisible car ce sont déjà des entreprises qui sont une destination habituelle pour les investissements privés. Lorsque l’on étudie les entreprises qui ont recherché des investissements auprès des internautes, on constate la prédominance de la high-tech, des TIC, des biotechnologies, etc. De plus, ces entreprises sont souvent très jeunes et cherchent principalement des fonds d’amorçage.

participation financière aux startupsMais la grande particularité du crowdfunding est de permettre aux entreprises innovantes de demander aux internautes de financer le développement de leurs produits. En échange de quoi, lorsque l’entreprise attaquera sa commercialisation, elle enverra le produit en avant-première à l’internaute-financeurs. Dit autrement : on pré-vend un produit à l’internaute, produit qui n’existe pas encore et qui n’existera d’ailleurs que si assez d’internautes l’ont pré-acheté ! Redoutablement efficace pour financer l’innovation à moindre risque.

Surtout qu’en général ce sont des entreprises (et futures entreprises) qui apparaissent rarement « bankable » aux yeux d’un banquier. Alors qu’à l’inverse les internautes verront (et soutiendront) la plus-value sociétale apportée par votre projet.

Financer à moindre risque = mieux financer

Et améliorer la société, ce n’est pas le rôle des startups ça ?

assainir les financementsD’ailleurs lorsque l’on jette un coup d’œil aux statistiques proposées par le géant mondial du crowdfunding Kickstarter, on constate que quasiment 90 % des projets dépassants le million de dollars collectés sont présentés dans les catégories technology – design – game. Mais on constate aussi que c’est moins d’une entreprise sur cinq cents qui collecte cette somme ! Parce qu’évidemment, vu comme ça, le crowdfunding ça a l’air magique.

Il n’en est rien… La réalité du crowdfunding est beaucoup plus terre-à-terre : statistiquement si votre campagne est mal préparée vous échouerez à lever des fonds auprès des internautes. Moins de la moitié des projets publiés sont financés !

Auteur de l’article :

PAES Michaël
Consultant en financement participatif | Crowdfunding consultant
Animera le 24 novembre l’atelier « Comment utiliser le crowdfunding pour financer sa start-up ? » > Détails & inscription
michael.paes@ymail.com
Son site web

Share this Post: Facebook Twitter Pinterest Google Plus StumbleUpon Reddit RSS Email

Related Posts

Comments are closed.

Copyright COWORK'IN AiX
  • Recevez notre newsletter